Peaky Blinders fait bouillir mon sang irlandais.



Cette semaine, on a regardé "Peaky Blinders". Et franchement, je dois avouer que cette série s'est d'emblée hissée dans mon top des séries... et qu'elle n'a pas démérité au cours des cinq saisons ! J'ai particulièrement apprécié l'ambiance et la reconstitution historique d'une époque charnière traversée par des courants politiques extrêmes. Mais surtout, le point fort de la série, c'est l'extraordinaire galerie de personnages. Tout d'abord le clan Shelby, ces gipsy irlandais. Moi qui ai des ancêtres irlandais, ce fut là un étrange sentiment de me plonger dans cette atmosphère, un peu comme ouvrir une lucarne sur un lointain passé, bizarre et familier à la fois. Il est vrai que l'extraordinaire charisme de Tomy Shelby (oui oui, je m'identifie bien au personnage :-) ) pourrait ravir la vedette aux autres membres de la famille mais il n'en est rien. Le touchant Arthur, le fougueux John sans oublier Polly... Oh Polly, reine des gipsy, interprétée par feu Helen Mc Crory partie trop tôt. Je crois qu'après ces cinq saisons, ces gens étaient devenus une partie de ma famille. Et à chaque saison, sa Némésis comme il se doit avec dans l'une d'entre elle, Adrian Brody en parrain mafieux : implacable !

Et je ne peux terminer cette courte critique sans parler de la BO de la série : mélange punk, blues, rock au sonorité bien irish ou british, à donner des frissons ! Pas à dire, chaque aspect de cette série frise la perfection.