Leraje, flèche d'émeraude




Flèche d'émeraude acérée transperce le corps flasque, échine brisée par les affres d'une pression mentale constante.

Peuple broyé, conscience détruite, corps mutilé, âme violée par la soutane et la barbe.

Il s'est pendu à une croix pour tendre le piège mortel à une humanité hallucinée de dévotion. Soif malade d'absolu, alchimie pandémique transmutant le peuple d'individus humains en bétail sacrificiel dévoré par un Dieu d'amour ivre de sang.


Leraje, un dard vole, me pénètre et continue sa course dans la gorge du dieu unique, tyranique et imposteur.


Mon corps et mon âme m'appartiennent ! crient les femmes en battant le pavé et l'homme non binaire d'y joindre sa voix en un cri salvateur.


Quel est le but de l'existence ? Quel est le sens de ma vie et de ma mort ? Faut-il l'apprendre dans la douleur ? Non. Ni maître, ni dieu, je remonte le fleuve tel le saumon de la sagesse.