Chaos ab Ordo

Dernière mise à jour : 20 nov. 2021



Depuis les sagas géniales de Michael Moorcock, il est souvent de coutume de cliver ontologiquement les mondes fantastiques en Ordre vs Chaos. Si Moorcock a eu le mérite, dans son Multivers, d'apporter un vent d'air frais dans le paradigme monothéiste de l'opposition bien/mal, il reprend finalement à son compte la dualité antique classique. Dans celle-ci, l'ordre cosmique (le terme cosmos implique étymologiquement la notion d'Ordre) est constamment menacé par les forces du Chaos incarnée par les monstres et les géants. Ce Chaos absolument destructeur est opposé à l'Ordre voulu et pensé par les dieux. A signaler, l'univers du jeu Warhammer qui pousse cette atmosphère duale à son pinacle.


L'Abrahamisme n'a finalement fait que développer cette opposition antique : l'Ordre de Dieu, parfait et immuable est menacé par Satan, méchant chaotique et gratuitement destructeur.


Bien sûr, dans la vraie vie et dans la vraie magie, rien n'existe de tel. Si le Chaos est bien présent dans l'Univers, les forces du Chaos sont des forces de changement, bousculant le statu quo. Forces nécessaires pour qu'une évolution puisse avoir lieu mais qui contiennent en elle, en potentiel, le renouveau créateur.


Signalons par ailleurs que les forces titanides mythologiques ont toujours été associées au féminin. Le meurtre de Tiamat par Marduk, celui d'Ymir par Odin/Vé/Vili, celui des titans par Zeus marque chaque fois l'avènement du patriarcat. Tant les récits mythologiques classiques, que les religieux par la suite, furent conçus pour écraser les cultes à la Déesse paléo et néolithique et pérenniser la dominance masculine associée sciemment au rationnel, à la vie, au solaire, au lumineux et à l'harmonieux ordonné sur la femme associée à la nuit, aux ténèbres, à la sorcellerie, à la mort, à l'imaginaire, au chaotique, à la transe et aux monstrueux.


Sachant cela, à la Lilith's Factory, nous plaidons pour une spiritualité adogmatique et areligieuse qui soit à la fois chaotique et adversariste.

Par chaotique, nous entendons une spiritualité non pas aveuglément destructrice, mais orientée par le progressisme, le renouveau, l'évolution et l'anti-traditionalisme.

Par adversariste, nous entendons une spiritualité adversaire de Dieu. Non pas en tant que Créateur de l'Univers car notre philosophie n'admet pas l'existence d'une force virile créatrice, mais adversaire de Dieu en tant que force patriarcale d'organisation de la société.


Cette spiritualité horizontale, non transcendentale, place la liberté individuelle au coeur de sa morale et peut se décliner en mode athée, animiste ou panthéiste . Elle opère de toute manière un long et profond travail de rejet de tous les schémas traditionnels, hiérarchiques et binaires qui sclérosent l'inconscient collectif et individuel.

Ce faisant, nous nous appuyons sur certains symboles ou esprits du passé associés au "féminin maléfique" et au "chaos" comme Lilith, exemple archétypal de l'opposition au patriarcat et à la coercition.


Dans notre acceptation des choses, le Chaos est donc, non une force de destruction, mais une force de renouveau individualiste et de réorganisation de la société permettant de sortir de l'Ordre figé patriarcal. Nous n'hésitons pas à retourner la formule traditionnelle : Chaos ab Ordo.


Illustration : "Chaos Star" by Halima Witchcraft (Halima Yachou (@halima_witchcraft_art)